La Mairie exonère les publicitaires pollueurs

La séance du conseil municipal du 3 avril 2019 a été marquée par l’exonération de la taxe locale sur la publicité extérieure posée sur le mobilier urbain (abribus et panneaux publicitaires).

La publicité envahit tous les espaces : internet, les réseaux sociaux et la rue. Elle a des effets néfastes. En effet, elle contribue à la désinformation, formate les esprits et les incite à la consommation. Elle constitue donc une pollution visuelle, imposée 24 heures sur 24 aux citoyens.

Dans un contexte de baisse des dotations pour les communes et du mouvement des gilets jaunes qui revendiquent plus de justice fiscale, Schilick l’Insoumise pense que le rôle d’une autorité publique comme la Mairie est d’être garante de l’intérêt général. Pour cela, elle se doit de demander sa juste contrepartie au publicitaire au lieu de l’exonérer.

Comment justifier cette exonération à des citoyens qui constatent la hausse constante des prix des produits de première nécessité ? Comment la justifier aux yeux des commerçants schilikois qui souffrent de la concurrence liée à la diffusion des publicités des grandes multinationales dans l’espace public ?

De plus, entendre Madame le Maire affirmer que le montant de la taxe est inférieur au coût des installations financées par les publicitaires et que d’une certaine façon la collectivité fait une bonne affaire, est incompréhensible de la part d’une équipe municipale de « gauche » et de surcroît « écologiste ». Un tel argument « comptable » n’est pas un critère de service public mais sert à privatiser l’espace public au profit d’intérêts financiers.

Nous invitons Madame la Maire à suivre l’exemple de la ville de Grenoble, dirigée par le Maire écologiste Eric Piolle qui a supprimé tous ses panneaux publicitaires pour les remplacer par des affichages d’annonces de la municipalité ou bien des arbres.

Ainsi, nous demandons à Madame le Maire de se prononcer au Conseil de l’Eurométropole de Strasbourg, où elle siège, au second semestre 2019 contre toute publicité dans le Règlement local de publicité intercommunal (RLPi) fixant des règles applicables à la publicité, aux enseignes et aux pré-enseignes, visibles des voies ouvertes à la circulation publique.

Schilick l’Insoumise s’engage à mener campagne contre cette décision contraire au bien commun.

Crédit Photo de Couverture : Antipub Strasbourg