14 Juin – Journée nationale de manifestations décentralisées des retraités

Les organisations de retraité·e·s du groupe des 9 (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires,
FGR-FP, LSR, Ensemble & Solidaires-UNRPA) appellent à une journée de mobilisation de manifestations sur tout le territoire ce jeudi 14 juin pour demander l’annulation de l’augmentation de la CSG.

À Strasbourg la manifestation partira de la place Kléber à 14h.

12 Juin – La journée de la colère cheminote

Les organisations syndicales CGT, UNSA, SUD-Rail, CFDT appellent à faire du 12 juin prochain un temps fort d’expression de la colère cheminote par le biais d’une participation massive à la grève unitaire, à l’image de la « journée sans cheminot » du 14 mai dernier.

À Strasbourg la mobilisation s’organisera autour d’un rassemblement place de la gare entre 12h et 14h avec boissons, restaurations et prises de paroles puis d’une manifestation dans les rues de Strasbourg à partir de 14h.

L’appel unitaire :

Médiathèque Nord – Mme DAMBACH se fait mousser

Dans le dernier SCHILICK INFOS, le magazine d’informations municipales de la Ville De Schiltigheim, la Maire Danielle DAMBACH avance :

« J’ai obtenu la garantie que l’achat des locaux de la médiathèque dans le premier immeuble construit par le bailleur social Vilogia soit inscrit au budget primitif 2018 de l’EMS (Eurométropole de Strasbourg.eu) ».

Extrait de la page 10 du Schilick Infos de mai 2018 http://ville-schiltigheim.fr/schilick-infos/schilick-infos-du-mois-de-mai-2018

 

Pour le moins, il s’agit d’une fanfaronnade de la part de Madame la Maire. En effet, le budget primitif de l’Eurométropole de Strasbourg a été adopté le 22 décembre 2017 avec l’inscription de 2 300 000 € pour la construction de la médiathèque Nord.

Extrait de la page 24 du budget primitf 2018 adopté le 22 décembre 2017 : https://www.strasbourg.eu/documents/976405/1086045/0/6791abe5-3c8c-d45c-1fd3-af58320c6191

 

De plus, l’acte d’achat des locaux est daté du 3 avril 2018 avec l’engagement de l’Eurométropole de régler 842 400 € à la signature de l’acte, donc avant les deux tours des élections municipales.

Madame la Maire serait bien inspirée de moins verser dans la communication à des fins personnelles et de davantage défendre les intérêts de Schiltigheim à l’Eurométropole, comme elle s’y était engagée lors de la campagne des municipales.

Sources :

La Marée Populaire
26 mai, 14h / Place KLÉBER

Samedi 26 mai, la manifestation Strasbourgeoise de la Marée Populaire partira de la Place KLÉBER à 14h. La France Insoumise appelle chaque citoyen·ne·s à se saisir de l’occasion pour manifester son opposition à la politique « Tous pour les riches » appliquée par le président Macron. Plus d’une soixantaine d’associations engagées, partis politiques et syndicats d’étudiants et salariés appellent également à la mobilisation.

Samedi il est temps de mettre un point d’arrêt à la désorganisation organisée de notre société ! Venez nombreux et le gouvernement sera obligé de reculer !

L’appel Unitaire

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations… Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours ? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu.

Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.

Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen. Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.

Les signataires

  • AC!
  • Act Up-Paris
  • Alternatiba
  • Alternative et autogestion
  • Alternative Libertaire
  • ANV-COP21
  • APEIS
  • Association de lutte contre le chômage
  • Association Nationales des élu.e.s communistes et républicains
  • Association républicaine des anciens combattants (ARAC)
  • ATTAC
  • Climat social
  • Collectif des Associations Citoyennes
  • Collectif National pour les Droits des Femmes
  • Collectif La Fête à Macron
  • Confédération Générale du Travail
  • Confédération Nationale du Logement
  • Confédération paysanne
  • Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité
  • Convergence nationale de défense des services publics
  • DIDF
  • DIEM25
  • Droit au Logement
  • Ecologie sociale
  • Europe Ecologie Les Verts
  • Ensemble !
  • Femmes Egalité
  • Fondation Copernic
  • France Insoumise
  • Fuaf
  • Gauche Démocratique et Sociale
  • Génération.s
  • Jeunes Écologistes
  • La santé n’est pas une marchandise
  • Les Amis de la Terre
  • Les Effronté.es
  • MJCF
  • Mouvement de la Paix
  • Mouvement Ecolo
  • Mouvement National des Chômeurs et Précaires
  • Nouvelle Donne
  • Nouveau Parti Anticapitaliste
  • Osez le Féminisme
  • Parti Communiste Français
  • Parti de Gauche
  • Parti Ouvrier Indépendant Démocratique
  • PCOF
  • PCRF
  • PRCF
  • République et Socialisme
  • RESF
  • Résistance Sociale
  • SNESUP-fsu
  • SNETAP-fsu
  • SNPJJ-fsu
  • SNUITAM-fsu
  • Solidaires
  • SUD PTT
  • Syndicat des Avocats de France
  • Syndicat de la Magistrature
  • UEC
  • UNEF
  • Union Nationale Lycéenne
  • UJFP

mareepopulaire.fr

Communiqué du 11 avril 2018

Dans un contexte de grève civique électorale, avec 65 % d’abstention, nous remercions les 479 citoyennes et citoyens qui se sont prononcés pour le programme de transition écologique et de ville démocratique proposé par la liste « Schilick l’Insoumise ».

Dimanche prochain, les schilikois.es ont le choix entre Christian Ball qui rassemble la droite, l’extrême droite et « En Marche » dont le programme et les valeurs sont à l’opposé des nôtres, et Danielle Dambach.

Schilick l’Insoumise restera vigilante quant au développement réel de la démocratie participative, des projets écologiques et sociaux mis en avant par l’alliance des écologistes, du PS et du PCF.

Nous resterons présents pour construire avec tous les Schilikois.es l’alternative pour un Avenir en Commun à Schiltigheim.

L’Avenir en Commun à Schiltigheim

L’Avenir en commun à Schiltigheim est le programme de la liste « Schilick l’Insoumise », élaboré de concert avec les militants et les habitants dans le cadre des élections municipales anticipées d’avril 2018 à Schiltigheim.

Le programme local s’appuie également sur les propositions du programme national l’Avenir en Commun rédigé par la France Insoumise dans le cadre des Présidentielles et Législatives de 2017.

Le programme pourra être enrichi par les propositions constructives des citoyens.

Le livret du programme détaillé :

Le tract programme exposant les grandes lignes :

Lettre aux Schilikois·es

Schilikois·es,

L’alliance des socialistes et des écologistes, balayée en 2014, puis celle entre M. Kutner et M. Ball, ont conduit à de graves déconvenues. La baisse du budget des associations, le retard de la médiathèque ou l’abandon du projet de tram en sont des exemples criants. Les discours tenus aux Schilikois·es sont en contradiction avec leurs actes à l’Eurométropole de Strasbourg. Dans cette instance gouvernée par une alliance contre-nature rassemblant En Marche, une partie de la droite, le Parti socialiste et les écologistes, M. Kutner, M. Ball, Mme Jampoc-Bertrand et Mme Dambach siègent dans le même camp. Le 16 décembre 2016, M. Kutner, des élus proches de M. Ball et le PS ont voté en faveur d’un Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) prévoyant 2600 logements neufs supplémentaires à Schiltigheim ces prochaines années. Notre ville, déjà la plus urbanisée de l’agglomération, compte pourtant un millier de logements vacants. Et que penser de l’absence de vote de Mme Dambach, pourtant présente ce jour-là ? Notre liste Schilick l’Insoumise est la seule exclusivement au service des intérêts de notre ville. Nous ne nous préparons pas à obéir aux ordres de partis centralisés à Strasbourg.

NOUS ALLONS FAIRE DE SCHILTIGHEIM UN EXEMPLE À SUIVRE.

Notre ville souffre de la politique d’austérité du président Macron. Alors que l’évasion fiscale, estimée en France à 100 milliards d’euros par an, représente plus de cent fois le montant des fraudes aux prestations sociales et suffit à expliquer les 85 milliards d’euros de déficit public annuel, le gouvernement persiste à ignorer ce fléau. L’asphyxie financière des collectivités locales met en péril leur indépendance. Les services publics sont démantelés et livrés aux grands groupes qui les ont appauvris en ne payant pas leurs impôts. Quant aux petites entreprises, elles sont donc condamnées à supporter une pression fiscale considérable et injuste. Contrairement aux listes de M. Kutner et M. Ball, qui accueillent plusieurs membres ou sympathisants d’En Marche, ou à celles qui refusent de condamner cette politique, Schilick l’Insoumise constitue l’unique force d’opposition capable d’ouvrir une nouvelle voie.

NOTRE MAJORITÉ MUNICIPALE SERA SOUDÉE, CAPABLE DE TRAVAILLER AVEC VOUS EN TOUTE SÉRÉNITÉ.

Ce mandat sera très court et l’avenir de Schiltigheim est en jeu. L’application de notre programme, objet de larges consultations et d’une rédaction collective, permettra de stopper la bétonisation, de démocratiser les prises de décisions, de garantir l’égalité des droits dans tous les quartiers, de repenser nos transports, de rendre la ville plus accessible aux personnes handicapées, de laisser la nature réinvestir nos rues, de nous engager dans une réelle transition écologique, de focaliser l’action des services municipaux sur l’utilité sociale, de relocaliser l’emploi ou d’étendre l’accès à la culture. Nous voulons nous assurer que les dépenses engagées correspondent à vos besoins. Notre équipe, qui a fait le choix de l’expérience en tête de liste, est composée d’une majorité de femmes et d’hommes de moins de 35 ans décidée à faire passer l’intérêt général avant les ambitions personnelles. Notre réussite dépend de votre soutien. S’abstenir, c’est les laisser en place. Les 8 et 15 avril prochains, c’est votre large mobilisation qui permettra l’instauration de nouvelles pratiques démocratiques, solidaires et écologiques.

SCHILTIGHEIM EST L’HISTORIQUE CITÉ DES BRASSEURS, PAS UN TERRAIN DE CHASSE POUR PROMOTEURS.

« À chaque élection, la même chanson. Les mêmes promesses face à la grande détresse. Les mêmes belles paroles sur nos écoles. Les mêmes discours en l’air sur les espaces verts. À chaque suffrage, les mêmes éléments de langage, apanages de partis d’un autre âge. Les mêmes slogans lunaires, du « nouveau cap » au « renouveau solidaire ». Les mêmes incantations, confondant redynamisation et béton. La politique à Schilick n’a pourtant rien de poétique. Si cette chanson rime, c’est avec déprime. Et car il n’est jamais trop tard, le scrutin qui vient ravive l’espoir. »

Le 8 avril, votez et faites voter Schilick l’Insoumise !

Vous pouvez aussi nous suivre sur notre page facebook : @SchilickFI