Communiqué de Presse – Quartier d’affaires international au Wacken, pour ou contre ?

Lors du conseil de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) du vendredi 28 juin 2019, une délibération concernant le lancement d’une concertation préalable avec le public en prévision du réaménagement des rues Louis Pasteur à Schiltigheim, Frédéric-Guillaume Raiffeisen et Jean Wenger-Valentin à Strasbourg a été votée par une large majorité des membres de cette assemblée.

Comme le précise la délibération, les premières études « recommandent ainsi leur mise à 2×2 voies afin de fluidifier la circulation actuelle et d’anticiper l’augmentation future du trafic », de par la réalisation du Quartier d’Affaires International (QAI).

Les élus écologistes de la ville de Schiltigheim se sont abstenus à cette occasion. Les raisons évoquées par les conseillers métropolitains pour justifier leur vote, sont la dénonciation d’une absence de réflexion commune, notamment la mise à l’écart de la ville de Schiltigheim de groupe de travail pour évaluer les conséquences. Ils soulignent l’impact considérable du projet QAI sur la ville de Schiltigheim en termes de pollution et de report de trafic automobile.

Ainsi, M. Patrick Maciejewski, premier adjoint à la ville de Schiltigheim en charge de l’urbanisme et conseiller de l’EMS, a mis en cause la méthode retenue en déclarant « c’est un peu le rôle de l’Eurométropole de faire sortir Strasbourg de cette conception un peu égoïste de cette zone ». Ce à quoi M. Robert Herrmann, président de l’EMS, a répliqué « Le fait de parler à une autre commune en disant que ce qu’elle produit est égoïste ne paraît pas être de nature à faciliter les liens » il a invité à éviter « d’utiliser des propos agressifs ».

Effectivement, la problématique n’est pas d’opposer une commune à une autre mais bien de s’interroger sur l’utilité du projet QAI au regard des enjeux économiques, sociaux et environnementaux de l’agglomération strasbourgeoise. Schilick l’Insoumise considère que ce projet est néfaste pour l’EMS et ses habitants, il s’inscrit dans
une logique de métropolisation qui crée un mal vivre grandissant : pollution de l’air, bruit, bétonisation, coût du foncier et des services, insécurité, ségrégations, embouteillage, congestions diverses et standardisation architecturale et urbanistique.

Un exemple lié à ce projet QAI est la modification des règles du Plan Local d’Urbanisme (PLU) concernant le site Air Product avenue Mendes-France. Ainsi, la volonté de la ville de Schiltigheim
d’autoriser un programme de construction de 10 00 0m2 à dominante d’habitat avec une possibilité d’une tour de 30 m de haut sur un site dont le sol est pollué et l’air de mauvaise qualité est
inexplicable. Pour comprendre ce choix, la lecture de la note de présentation du PLU est instructive. Ainsi, est mentionné comme principal atout de ce secteur « son positionnement à proximité du futur quartier d’affaires international du Wacken. ».

Au regard de ce point, la question est posée, la municipalité de Schiltigheim est-elle pour ou contre le projet QAI ? Est-elle pour ou contre la métropolisation de l’agglomération strasbourgeoise ? Pour sa part, Schilick l’Insoumise s’oppose à tout projet économique et urbanistique qui subordonne les territoires et les populations à des rationalités financières, il se prononce pour un développement économique et urbain conforme aux besoins humains, en relocalisant et socialisant les activités.

Alsia la bétonisation de Schiltigheim continue

Dans une réponse dans les DNA du 31 mai 2019 aux habitants concernant les aménagements rue des chasseurs, Madame Dambach, Maire de Schiltigheim écrivait :

« Nous avons milité avec les élus de mon équipe contre la sur-densification de ce quartier.»

Dans la note de présentation de la modification n°2 du Plan Local d’Urbanisme (PLU) mis à l’enquête publique du 1er avril au 10 mai 2019, il est écrit concernant le site industriel ALSIA se trouvant route de Bischwiller au niveau de la rue Perle:

« Des principes d’aménagement ont été définis sur le site d’activité, par la ville de Schiltigheim, favorable à la requalification du site en secteur à vocation mixte. Au regard du contexte urbain, la ville de Schiltigheim estime la surface de plancher destinée à l’habitat à 6 000 m2. »

Dans le sud de Schiltigheim, en totalisant les opérations réalisées et à venir, nous obtenons plus de 1000 logements, dans un quartier les plus denses de l’agglomération strasbourgeoise, au détriment de la qualité de vie des riverains. Rien n’oblige Madame la Maire de changer les règles du PLU pour faire de l’habitat, cela relève de sa seule responsabilité. Comment comprendre cet écart entre le
discours et les actes ?

Nous vous invitons à signer la pétition en ligne afin de s’opposer à ce projet.

SIGNER LA PETITION

Vous pouvez consulter la note de présentation et l’orientation d’aménagement et de programmation du PLU concernant le site ALSIA en tapant le lien suivant :

Communiqué de Presse – Résultat des élections européennes à Schiltigheim

Nous remercions les Schilikoises et Schilikois qui se sont prononcés pour le programme de l’Avenir en commun porté par la France Insoumise aux élections européennes.

Notre score n’est pas à la hauteur de nos espérances. Néanmoins, il est en progression dans un nombre considérable de bureaux de vote. Ainsi, 592 voix ont été exprimées par rapport aux 479 voix des élections municipales partielles de 2018.

Cette hausse confirme notre ancrage et fait de la France insoumise une force incontournable à Schiltigheim. Elle souligne également qu’il faut poursuivre notre engagement auprès des citoyens schilikois.

Schilick l’Insoumise appelle à la création d’une fédération populaire afin de constituer une réelle alternative et mener une politique sociale et écologique ambitieuse à la hauteur des attentes des Schilikois.

Nous y sommes prêts afin que viennent les jours heureux à Schiltigheim !

Aménagement de la rue Glacière

L’aménagement de la rue de la Glacière vient de s’achever. Au vu de sa réalisation, plusieurs interrogations viennent à l’esprit, notamment le sens de la circulation, l’emplacement de la signalétique ou des horodateurs et le déficit de concertation (de nombreux riverains se plaignent de ne pas avoir été consulté).

Toutes ces interrogations sont légitimes, elles méritent de la part de la municipalité des réponses argumentées sur les choix décidés.

Mais, au vu du type d’aménagement de la rue, une autre réflexion surgit qui a trait à la prise de conscience par les responsables politiques des défis liés aux dérèglements climatiques.

Un rapport d’information du sénat publié le 16 mai nous alerte à ce sujet, il porte sur l’adaptation de la France aux conséquences du réchauffement climatique à l’horizon 2050. Ce rapport pointe l’urgence de ne plus se contenter des actions d’atténuation mais d’engager des mesures d’adaptation pour faire face aux conséquences du dérèglement climatique. Il s’ensuit une liste de proposition notamment par un meilleur accompagnement de la politique d’adaptation par les collectivités locales.

Au regard des enjeux climatiques, l’aménagement actuel de la rue de la Glacière est une aberration. En effet, l’absence de végétation et la pose d’asphalte sont néfastes à la lutte contre les îlots de chaleur urbains liés aux vagues de chaleur.

Schiltigheim est une ville très minérale, elle est particulièrement sensible aux effets de chaleur. Des écarts de plusieurs degrés peuvent être constatées en différents points de l’agglomération strasbourgeoise comme le montre une étude de l’agence d’urbanisme de Strasbourg.

Pourtant, il est possible de combattre les effets délétères du réchauffement en privilégiant les sols clairs, en végétalisant, particulièrement avec des arbres et en permettant l’infiltration de l’eau de pluie dans le sol.

Ainsi, des réalisations mettent en œuvre ces recommandations, comme à Lyon au quartier de la Part -Dieu. Les propos du chef de projet sont édifiants: « Le granit clair permet notamment une diminution d’heures ‘chaudes’ de l’ordre de 24% l’été, c’est considérable. » De même, avec un dispositif associant sol poreux, réservoir d’eau et alimentation de la nappe phréatique, un écosystème est conçu permettant de rafraîchir la ville.

Il est regrettable que Madame la Maire de Schiltigheim n’a pas souhaité intégrer l’enjeu de la canicule dans l’aménagement de la rue de la Glacière pour limiter les effets sanitaires du réchauffement climatique et préserver la qualité de vie des habitants.

Schilick l’Insoumise a organisé un rassemblement le 4 mai au square rue de la Glacière et a lancé une campagne de pétition demandant à Madame la Maire la création d’espace vert en associant les riverains aux décisions.

Un devoir de solidarité: le relogemenT

Schilick l’Insoumise salue l’association Strasbourg Action Solidarité qui a lancé l’alerte et le réseau de solidarité de citoyens qui s’est créé pour venir en aide à la famille kosovare qui dormait sous une tente depuis 2 mois et dont les enfants sont scolarisés à Schiltigheim. Nous approuvons également la décision de Madame la Maire de prendre en charge les frais de cantine des enfants. Ces actions font honneur à la devise : «Liberté, Égalité, Fraternité» affichée sur le fronton de nos mairies

Cependant, un hébergement de 10 jours n’est pas suffisant, d’autant plus que la famille a déjà bénéficié d’un hébergement à Schiltigheim en 2017. Le nombre de logements vides à Strasbourg et à Schiltigheim est très important. À Schiltigheim, il représentait, en 2015, 8,1% des logements totaux qui sont au nombre de 15979 logements (source INSEE)!

Un relogement rapide et pérenne doit être proposé. Pour cela, il faut une volonté politique car, pour citer le discours de Victor Hugo du 9 juillet 1849 à l’Assemblée nationale, nous sommes: «de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère. […] Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli». Ainsi, il faut des actes forts de la part de la Maire pour répondre à cette urgence sociale

Schilick l’Insoumise demande à Madame la Maire de Schiltigheim de se mettre en relation avec l’autorité préfectorale pour trouver une solution de logement pérenne et conforme aux besoins de cette famille kosovare. En l’absence de réponse de la préfecture et faute de propositions concrètesde relogement, Madame la Maire doit, en vertu de l’article2212-2 du code général des collectivités territoriales, prononcer la réquisition de locaux vacants depuis de nombreuses années nécessaires au logement de cette famille sans abri dans la ville de Schiltigheim.

La Mairie exonère les publicitaires pollueurs

La séance du conseil municipal du 3 avril 2019 a été marquée par l’exonération de la taxe locale sur la publicité extérieure posée sur le mobilier urbain (abribus et panneaux publicitaires).

La publicité envahit tous les espaces : internet, les réseaux sociaux et la rue. Elle a des effets néfastes. En effet, elle contribue à la désinformation, formate les esprits et les incite à la consommation. Elle constitue donc une pollution visuelle, imposée 24 heures sur 24 aux citoyens.

Dans un contexte de baisse des dotations pour les communes et du mouvement des gilets jaunes qui revendiquent plus de justice fiscale, Schilick l’Insoumise pense que le rôle d’une autorité publique comme la Mairie est d’être garante de l’intérêt général. Pour cela, elle se doit de demander sa juste contrepartie au publicitaire au lieu de l’exonérer.

Comment justifier cette exonération à des citoyens qui constatent la hausse constante des prix des produits de première nécessité ? Comment la justifier aux yeux des commerçants schilikois qui souffrent de la concurrence liée à la diffusion des publicités des grandes multinationales dans l’espace public ?

De plus, entendre Madame le Maire affirmer que le montant de la taxe est inférieur au coût des installations financées par les publicitaires et que d’une certaine façon la collectivité fait une bonne affaire, est incompréhensible de la part d’une équipe municipale de « gauche » et de surcroît « écologiste ». Un tel argument « comptable » n’est pas un critère de service public mais sert à privatiser l’espace public au profit d’intérêts financiers.

Nous invitons Madame la Maire à suivre l’exemple de la ville de Grenoble, dirigée par le Maire écologiste Eric Piolle qui a supprimé tous ses panneaux publicitaires pour les remplacer par des affichages d’annonces de la municipalité ou bien des arbres.

Ainsi, nous demandons à Madame le Maire de se prononcer au Conseil de l’Eurométropole de Strasbourg, où elle siège, au second semestre 2019 contre toute publicité dans le Règlement local de publicité intercommunal (RLPi) fixant des règles applicables à la publicité, aux enseignes et aux pré-enseignes, visibles des voies ouvertes à la circulation publique.

Schilick l’Insoumise s’engage à mener campagne contre cette décision contraire au bien commun.

Crédit Photo de Couverture : Antipub Strasbourg

Réunion Publique Participative
Services Publics Détruits, Biens Communs Saccagés, ça suffit – Dites-le !

 

Schilick l’Insoumise vous donne rendez-vous à une réunion publique participative le vendredi 1er février à 19h au Foyer protestant des Tonneliers avec la participation d’Anne-Sophie Pelletier (aide médico-psychologique et porte parole de la grève (117 jours) de l’EHPAD des Opalines à Foucherans) et de Jean-Marie Brom (directeur de recherches au CNRS) candidats France insoumise de l’Est aux élections européennes.

Les services publics détruits, les biens communs saccagés, ça suffit ! Dites le.

Le lien de l’événement sur la plateforme France Insoumise

Communiqué de presse – Quartier Fischer et la qualité de l’air ?

Une lecture rapide du journal municipal SCHILICK INFOS des mois d’octobre et de novembre pourrait persuader que le projet QUARTIER FISCHER a été grandement amélioré de par l’action conjointe de Madame la Maire Danielle DAMBACH, l’aménageur et l’association Col’Schick, association dont il convient de saluer le combat qu’elle a mené courageusement contre le promoteur.

Ainsi, on peut lire que « le nouveau QUARTIER FISCHER constitue désormais un programme d’entrée de ville plus respectueux de l’environnement ». Un certain nombre d’autres avancées sont énumérées.

Cependant, concernant la qualité de l’air, aucun commentaire n’est apporté, rien. Pourtant, selon l’organisation mondiale de la santé, la pollution atmosphérique est le plus important risque environnemental pour la santé dans le monde. Ainsi, près de 48 000 personnes sont décédées prématurément en France en 2012 de par la pollution de l’air (source: Santé Publique France) et environ 5000 personnes dans le Grand Est.

Un tel silence est pour le moins irresponsable. En effet, le projet QUARTIER FISCHER est localisé dans une zone de vigilance dite « zone de proximité des voies rapides urbaines ». Comme le prévoit le plan de protection de l’atmosphère de l’agglomération de Strasbourg (arrêté préfectoral du 4 juin 2014), « des prescriptions et éventuelles restrictions de localisation d’équipements recevant des personnes sensibles (enfants, personnes âgées, personnes hospitalisées) soient prises dans les zones affectées par des dépassements de valeurs limites ».

Ce futur quartier est encerclé par l’autoroute A4, la route de Bischwiller et le futur axe Est-Ouest. Dans cet espace, sont prévus selon les demandes de permis, 610 logements, une école maternelle, une école élémentaire, des commerces et une résidence intergénérationnelle. Avec une telle densité, ce projet est contraire à un urbanisme de qualité, capable de créer de la convivialité, facilitant les mobilités des habitants et l’accès aisé aux services.

Concernant la pollution atmosphérique, toutes les mesures doivent être prises pour réduire au maximum l’impact sur la santé des futurs habitants du QUARTIER FISCHER. Les études épidémiologiques concluent en effet que « les effets sur la santé sont davantage liés à la pollution de tous les jours qu’aux pics observés quelques jours par an » et « peuvent survenir à des teneurs en polluants inférieures aux normes de qualité de l’air ».

Pourtant, des doutes subsistent en la matière pour le projet QUARTIER FISCHER. Ainsi, lors de la conférence organisée par l’Eurométropole le 13 octobre 2018, ayant pour thème « Air et Planification: l’Eurométropole projette son air(e) », le représentant de l’Agence Régionale de Santé déclare qu’il a été demandé un complément d’information concernant l’instruction du permis de construire de l’école, les études n’étant pas jointes initialement.

Un certain flou entoure la question de la qualité de l’air, la municipalité doit sortir du silence dans lequel elle se cantonne, la santé des futurs habitants du quartier FISCHER est en jeu.

Schilick l’Insoumise demande à Madame la Maire d’une part de publier l’ensemble des études effectuées concernant la qualité de l’air : par exemple des modélisations 3D simulant la dispersion des polluants, d’autre part de décider la mise en place de protections créant un effet écran afin de réduire l’exposition à la pollution de TOUS LES HABITANTS sans distinction sociale des types d’habitat.

Communiqé de Presse
Liaison Parc de l’Aar et « l’archipel » du Wacken

Le collectif « Touche pas à mon parc de l’Aar » appelle à la vigilance concernant l’avenir du parc de L’Aar. En effet, avec la réalisation du nouveau quartier du Wacken appelé « L’archipel », des menaces se profilent de nouveau avec la création d’une voie de circulation qui traverserait un des derniers poumons verts de la ville de Schiltigheim.

Schilick l’insoumise demande à Madame la Maire de Schiltigheim de s’opposer sans ambiguïté contre ce projet de voirie traversant le parc de l’Aar. Pendant la campagne électorale, Danielle DAMBACH s’était engagée à défendre les intérêts des schilikois.es à l’Eurométropole de Strasbourg, elle doit tenir ses promesses.

La réalisation du quartier d’affaires international initiée par l’Eurométropole de Strasbourg avec 210 000 m² dont 15 à 20 % réservés à des programmes de logements, va provoquer une augmentation significative de la circulation automobile. Ce projet tourne le dos à un urbanisme répondant aux impératifs de densité raisonnée et maîtrisée, de qualité du bâti, d’ambiances urbaines conviviales, de mobilités fluides, d’accès aisés aux services et de traitement des espaces extérieurs.

Pour désenclaver ce nouveau quartier, il est question de réaliser une voie de desserte traversant le parc de l’Aar et un axe routier Est-Ouest reliant le quartier d’affaire à la route du Général de Gaulle, traversant de part en part la commune de Schiltigheim, notamment des zones densément bâties et vertes.

Madame la Maire siège à l’Eurométropole de Strasbourg. Elle doit y faire entendre sa voix contre ces projets contraires à l’intérêt général et néfastes pour la qualité de vie des schilikois.es Elle doit prendre clairement et publiquement position contre la desserte routière et l’axe Est-Ouest. Madame la Maire a les moyens de s’opposer à ces projets, elle doit prendre les mesures nécessaires.

Marche pour le Climat

Ce samedi 8 septembre 2018 à Strasbourg, nous invitons chaque citoyen·ne à se joindre aux manifestations pour le climat qui auront leurs déclinaisons locales :

  • 11h30 Place Kléber – Rassemblement organisé par ANV-cop21 pour un monde sans énergies fossiles
  • 14h Place de la République – Manifestation « Urgence Climatique et Non au GCO »/ »Marche pour le Climat » organisée par le collectif GCO non merci et l’antenne locale d’Alternatiba

L’objectif de ces manifestations qui s’inscrivent dans le cadre d’une journée d’action mondiale est de faire pression sur les décisionnaires publics et privés et notamment ceux qui se réuniront au GCAS (Global Climate Action Summit) du 12 au 14 septembre à San Francisco, pour une prise en compte réelle et sérieuse des problèmes climatiques créés par l’activité humaine.

Les revendications générales sont :

  • Une transition rapide et juste vers une énergie 100% renouvelable pour tou.e.s.
  • Aucun nouveau projet de combustibles fossiles nulle part.
  • Pas un euro de plus aux énergies fossiles.

L’association 350.org est coordinatrice du pan français de la mobilisation.