Tous les articles par rs

La Marée Populaire
26 mai, 14h / Place KLÉBER

Samedi 26 mai, la manifestation Strasbourgeoise de la Marée Populaire partira de la Place KLÉBER à 14h. La France Insoumise appelle chaque citoyen·ne·s à se saisir de l’occasion pour manifester son opposition à la politique « Tous pour les riches » appliquée par le président Macron. Plus d’une soixantaine d’associations engagées, partis politiques et syndicats d’étudiants et salariés appellent également à la mobilisation.

Samedi il est temps de mettre un point d’arrêt à la désorganisation organisée de notre société ! Venez nombreux et le gouvernement sera obligé de reculer !

L’appel Unitaire

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations… Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours ? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu.

Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.

Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen. Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.

Les signataires

  • AC!
  • Act Up-Paris
  • Alternatiba
  • Alternative et autogestion
  • Alternative Libertaire
  • ANV-COP21
  • APEIS
  • Association de lutte contre le chômage
  • Association Nationales des élu.e.s communistes et républicains
  • Association républicaine des anciens combattants (ARAC)
  • ATTAC
  • Climat social
  • Collectif des Associations Citoyennes
  • Collectif National pour les Droits des Femmes
  • Collectif La Fête à Macron
  • Confédération Générale du Travail
  • Confédération Nationale du Logement
  • Confédération paysanne
  • Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité
  • Convergence nationale de défense des services publics
  • DIDF
  • DIEM25
  • Droit au Logement
  • Ecologie sociale
  • Europe Ecologie Les Verts
  • Ensemble !
  • Femmes Egalité
  • Fondation Copernic
  • France Insoumise
  • Fuaf
  • Gauche Démocratique et Sociale
  • Génération.s
  • Jeunes Écologistes
  • La santé n’est pas une marchandise
  • Les Amis de la Terre
  • Les Effronté.es
  • MJCF
  • Mouvement de la Paix
  • Mouvement Ecolo
  • Mouvement National des Chômeurs et Précaires
  • Nouvelle Donne
  • Nouveau Parti Anticapitaliste
  • Osez le Féminisme
  • Parti Communiste Français
  • Parti de Gauche
  • Parti Ouvrier Indépendant Démocratique
  • PCOF
  • PCRF
  • PRCF
  • République et Socialisme
  • RESF
  • Résistance Sociale
  • SNESUP-fsu
  • SNETAP-fsu
  • SNPJJ-fsu
  • SNUITAM-fsu
  • Solidaires
  • SUD PTT
  • Syndicat des Avocats de France
  • Syndicat de la Magistrature
  • UEC
  • UNEF
  • Union Nationale Lycéenne
  • UJFP

mareepopulaire.fr

Communiqué du 11 avril 2018

Dans un contexte de grève civique électorale, avec 65 % d’abstention, nous remercions les 479 citoyennes et citoyens qui se sont prononcés pour le programme de transition écologique et de ville démocratique proposé par la liste « Schilick l’Insoumise ».

Dimanche prochain, les schilikois.es ont le choix entre Christian Ball qui rassemble la droite, l’extrême droite et « En Marche » dont le programme et les valeurs sont à l’opposé des nôtres, et Danielle Dambach.

Schilick l’Insoumise restera vigilante quant au développement réel de la démocratie participative, des projets écologiques et sociaux mis en avant par l’alliance des écologistes, du PS et du PCF.

Nous resterons présents pour construire avec tous les Schilikois.es l’alternative pour un Avenir en Commun à Schiltigheim.

L’Avenir en Commun à Schiltigheim

L’Avenir en commun à Schiltigheim est le programme de la liste « Schilick l’Insoumise », élaboré de concert avec les militants et les habitants dans le cadre des élections municipales anticipées d’avril 2018 à Schiltigheim.

Le programme local s’appuie également sur les propositions du programme national l’Avenir en Commun rédigé par la France Insoumise dans le cadre des Présidentielles et Législatives de 2017.

Le programme pourra être enrichi par les propositions constructives des citoyens.

Le livret du programme détaillé :

Le tract programme exposant les grandes lignes :

Communiqué du 29 Mars 2018
Suppression de classe à l’école maternelle Victor Hugo

Schilick l’Insoumise prend position

Avec la succession de politiques d’austérité engagées par Sarkozy, poursuivies par Hollande et accentuées par Macron, les mauvais coups continuent de pleuvoir sur les Schilikois·es. En restant silencieux, les représentants loc aux du  PS et de la droite valident ces politiques d’austérité et leurs effets négatifs sur le devenir de nos enfants.

Ainsi la menace de fermeture d’une classe à l’école maternelle Victor Hugo est la conséquence directe de la diminution des moyens budgétaires attribués à l’Éducation Nationale, dont des postes d’enseignant·e·s. Pour favoriser la réussite des enfants de la cité des Écrivains, la ville de Schiltigheim a accepté de faire un effort financier en prenant en charge 2 classes « passerelles » destinées à accueillir des enfants à partir de 2 ans.Les mesures de replâtrage préconisées par MM. Kutner et Ball ne sont que des pis aller. Le redécoupage de la carte scolaire ne vise qu’à cacher l’absence de moyens dont souffre l’Éducation Nationale, ses personnels et donc nos enfants.Seul un nombre d’élèves réduit par classe permet une prise en charge éducative efficace.Nous trouvons inadmissible que cet établissement ne soit pas classé dans la catégorie « REP+ » à l’instar des 55 classes d’établissements strasbourgeois. Si Victor Hugo était classé « REP+ » elle ne serait certainement pas menacée de perdre une classe et bénéficierait de dédoublement des classes depuis la rentrée 2017. Les élus schilikois à l’Eurométropole sont étrangement silencieux mais néanmoins  responsables de ce traitement discriminatoire au sein de l’Eurométropole strasbourgeoise.

Pour Schilick l’Insoumise la véritable solution passe par le rétablissement des moyens en personnels qualifiés et un traitement plus pertinent pour la 2ème commune de l’Eurométropole. C’est avec la mobilisation des parents d’élèves que nous pourrons exiger de l’autorité rectorale le respect des normes dévolues aux écoles classées en secteur REP et de l’Eurométropole une meilleure répartition des moyens alloués par l ‘État.

Réunion Publique
Évasion Fiscale et
Contres Réformes Macron
Impact sur les Communes

Jeudi 5 avril prochain à 18h salle Kléber, venez rencontrer les têtes de liste de « Schilick l’Insoumise » Marc BAADER et Marie Albera MEYNIOGLU lors d’une grande réunion publique qui aura pour fil conducteur l’évasion fiscale et les contres réformes du gouvernement Macron ainsi que leurs impacts sur les communes, notamment celle de Schiltigheim. Liêm Hoang NGOC, orateur national de la France Insoumise, ancien député européen (2008-2014), conseiller régional d’Occitanie, économiste et professeur à la Sorbonne apportera ses éclairages sur la situation.

salle Kléber

Communiqué du 27 Mars 2018
Débat télévisuel Alsace 20 du 03 avril 2018

La chaîne privée de télévision locale Alsace20 organisera un débat télévisé pour couvrir les élections partielles de Schiltigheim le 3 avril prochain. La France Insoumise, que nous représentons avec la liste « Schilick l’Insoumise », a réalisé des scores non négligeables de près de 27 % aux présidentielles et de 14,85 % aux législatives de 2017 à Schiltigheim. Cependant nous n’avons pas été invités. Persuadés qu’il s’agit d’une erreur de la part de cette chaîne, nous les avons contacté par mail et via leur page facebook pour leur faire part de notre étonnement. Le directeur général, M. Hahn nous a répondu en substance que :

  • Le CSA salue la pluralité de la chaîne,

  • M. Baader ayant réalisé un score de 5,41% aux dernières municipales, il n’est pas représentatif,

  • La chaîne ne possède pas de plateau pouvant accueillir plus de 4 candidats.

Nous pensons que ce débat, sous cette forme, n’est pas en mesure d’apporter à l’ensemble des citoyens tous les éclairages nécessaires sur ces élections. Nous allons solliciter d’autres chaînes télévisées, notamment du service public comme France 3 ou Arte, pour que l’une d’entre elles organise un débat de premier tour des élections municipales partielles de Schiltigheim en invitant l’ensemble des candidats, et que soient respectées les conditions d’une information plus objective et conforme à la mission de service public d’information.

Schilick l’Insoumise mobilise les quartiers

Ce week-end, les équipes de la liste Schilick l’Insoumise vont à la rencontre des habitant.e.s des quartiers pour présenter le programme « l’Avenir en Commun à Schiltigheim » et mobiliser très largement les Schilikois.es lors des élections municipales des 8 et 15 avril prochains.

Nous rappelons que le mouvement de la France Insoumise était arrivé en tête au premier tour des élections présidentielles de 2017, son candidat Jean-Luc Mélenchon réalisant un score de près de 27% des voix exprimées. La liste Schilick l’Insoumise a donc toute sa place dans le débat démocratique local.