Archives de catégorie : Communiqué de Presse

Schiltigheim « commune dense »

La commune de Schiltigheim figure parmi les communes les denses de France comme le révèle une étude de l’INSEE du 22/11/2019. Avec 31 811 habitants et une superficie de 763 hectares, Schiltigheim a une densité de 3 976 habitants au km². Seules 781 communes en France sont classées dans la catégorie « communes denses » représentant 2,2% des communes françaises. La ville de Schiltigheim a la part d’espace à usage urbain la plus forte de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) avec 75% de son territoire.

Avec une telle densité, l’objectif du Plan local Urbanisme (PLU) de l’EMS de prévoir à l’horizon 2030 2200 logements supplémentaires, est incompréhensible. Concevoir une telle densité de population ne peut qu’entraîner dégradation de la qualité de vie pour les Schilikois (pollution de l’air, bruit, bétonisation, coût du foncier et des services, insécurité, ségrégations spatiales et embouteillage). Faire croire que densifier sans limite la ville, permet de lutter efficacement contre le désastreux étalement urbain, est une tromperie. Cette forme d’urbanisme répond aux exigences de la finance qui investit toujours plus dans l’immobilier comme le montrent les études récentes. Il en résulte une standardisation architecturale et urbanistique, contraire à l’intérêt général humain et à son écosystème.
Il s’agit de s’attaquer à la racine des problèmes en stoppant la spéculation foncière :

  •  par une rédaction adaptée du règlement écrit du PLU et des orientations d’aménagement et de programmation (OAP).

  • par la mise en œuvre d’une politique énergique et ambitieuse du logement à l’échelle de l’EMS en utilisant les prérogatives de l’Office Foncier Solidaire d‘Alsace créé le 29 novembre 2019.

C’est ainsi qu’il sera possible, sans grever les finances des collectivités locales, de promouvoir un urbanisme durable, respectueux de l’environnement et conforme aux besoins humains.

 

Surcharge des classes

La commune de Schiltigheim a un nombre d’élèves par école maternelle et par école élémentaire bien supérieur à la moyenne nationale. Nous rappelons que ces écoles sont de la compétence des communes.

Avec sept écoles maternelles, le nombre d’élèves à Schiltigheim est de deux cents en moyenne par établissement pour l’année scolaire 2019-2020. L’observatoire des territoires indique pour l’ensemble des communes de France, une moyenne de 105 élèves pour l’année 2017-2018.

Avec cinq écoles élémentaires dont une sur le ban de la commune de Bischheim, le nombre d’élèves à Schiltigheim est de quatre cents en moyenne par établissement pour l’année scolaire 2019-2020. L’observatoire des territoires informe pour l’ensemble des communes de France, une moyenne de 146 élèves pour l’année 2017-2018.

Ainsi, des rapports de 1 à 2 pour les écoles maternelles et de 1 à 4 pour les écoles élémentaires sont à souligner. Une telle concentration d’élèves en un même lieu engendre inévitablement une dégradation des conditions de scolarité des élèves et des difficultés de gestion pour le personnel éducatif et administratif comme

  • la promiscuité et le bruit qui sont facteurs de stress et de fatigue.

  • l’insuffisance des espaces de jeux de par le manque d’espace.

  • un environnement trop minéral et l’absence d’espace vert dans les cours d’écoles.

  • une détérioration des conditions de sécurité des élèves.

  • une difficulté supplémentaire des enseignants à transmettre les savoirs dans un environnement stressant.

Cette situation résulte d’un urbanisme qui a reposé sur la construction de logement sans réfléchir aux services et infrastructures indispensables à la vie en société des habitants comme les écoles ou la question des mobilités. Ainsi, la ville de Schiltigheim a la densité la plus élevé d’Alsace avec 3 976 habitants au km² au détriment d’une qualité des services publics nécessaire pour répondre aux besoins des habitants.

La réalisation de groupes scolaires supplémentaires à Schiltigheim est une nécessité urgente pour les années à venir, suite aux constructions récentes de logement plus de 1000, il est d’ailleurs prévu à l’horizon 2030, 2200 logements supplémentaires au plan local d’urbanisme de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS). De tels investissement en matière d’éducation pèseront évidemment sur les finances de la ville, un étalement dans le temps aurait permis de répartir la charge financière de manière vertueuse.

Avec une part d’espace à usage urbain la plus forte de l’EMS avec 75% de son territoire, il sera ardu de trouver des lieux d’implantation pour les futures écoles qui soient conformes au bien être des élèves. Ainsi, la décision de construire l’école Simone Veil sur le site Fischer est contestable de par la mauvaise qualité de l’air comme l’attestent les différentes études.

De plus, pour lutter contre les îlots de chaleur, la plantation d’arbres et d’espaces végétalisés et la pose de sol clair et poreux s’imposent dans la conception de ces écoles. Autant d’espaces qui devront être accessibles par les riverains pour bénéficier de lieux rafraîchissants en dehors des temps scolaires lors des pics de chaleur qui semblent inévitables.

ÉLECTIONS MUNICIPALES : MISE AU POINT

Le groupe Schilick l’Insoumise a pris l’initiative de prendre contact avec la majorité municipale écologique, socialiste et communiste dans la perspective des prochaines élections municipales. L’objectif était d’étudier la possibilité de constituer un rassemblement répondant aux enjeux sociaux, démocratiques et écologiques des schilickois.es, au regard des déclarations de Madame la Maire invitant au « renouveau écologiste, solidaire et citoyen » dans une démarche de co-construction du programme.

La lecture de l’appel de la majorité municipale invitant à participer aux ateliers du projet semblait aller dans ce sens, il y est question de « Schilick, ville solidaire, inclusive et participative » ou « construisez avec nous le Schilick de demain »

Schilick l’Insoumise est persuadée que les élections municipales sont l’occasion de se rapprocher des préoccupations quotidiennes et concrètes des habitants, en abordant les difficultés de se loger ou de se déplacer, en posant la question de la tranquillité ou de la propreté de nos quartiers, en questionnant la qualité des services publics comme la restauration scolaire ou les crèches et en promouvant un urbanisme durable et une politique culturelle de qualité accessible à tous.

La majorité municipale par la voix de Danielle Dambach a adressé une fin de non-recevoir à notre souhait de rassemblement, refusant toute discussion sur les propositions et les solutions pour résoudre les difficultés quotidiennes des schilickois.es.

Certes, des divergences existent avec la politique menée par la ville. Parfois, les actes de Madame la Maire sont en contradiction avec ses déclarations d’intentions. Par exemple, Schilick l’Insoumise a critiqué et s’est mobilisée pour informer les schilikois.es. de (voir communiqués sur le site https://schilick-insoumis.fr):

  • la poursuite de la bétonisation par la majorité municipale avec les projets Alsia Route de Bischwiller et Air Product avenue Mendès France ;

  • le refus de voter au conseil de l’Eurométrope de Strasbourg contre des projets néfastes pour la qualité de vie comme le Quartier d’Affaires International au Wacken ;

  • l’absence de politique globale pour les personnes sans logement ;

  • la décision de favoriser la publicité extérieure.

Néanmoins, Schilick l’Insoumise pense que, face à la menace d’une victoire au deuxième tour d’une alliance entre la liste macroniste et les Républicains, les intérêts partisans doivent s’effacer devant la nécessité d’unir les forces se réclamant du progrès social et de la transition écologique.

Schilick l’Insoumise favorisera dans les prochaines semaines l’émergence d’une liste citoyenne conforme à l’intérêt général et capable de redonner confiance aux schilickois.es dans la possibilité d’améliorer leur vie quotidienne.

Schilick l’Insoumise

AMÉNAGEMENT DU PARVIS DE LA MÉDIATHÈQUE : UNE CONCERTATION EN TROMPE L’ŒIL

Suite à la visite du ban communal le samedi 12 octobre, Madame la Maire Danielle Dambach se félicite sur Facebook de l’avancement de la construction de la médiathèque culturelle et citoyenne. Schilick l’Insoumise se réjouit de l’arrivée de cet établissement, tant attendu par les habitants de l’agglomération nord de Strasbourg, favorisant ainsi l’accès à la culture au plus grand nombre. Schiltigheim est une des dernières villes de cette taille en France à être dépourvue d’une médiathèque.

Une fois la décision de créer cet équipement prise en 2006 par l’Eurométropole de Strasbourg (EMS), de multiples fautes de gestion ont retardé l’avancement de ce projet sous le mandat du maire Raphaël Nisand, à la tête d’une alliance écolo-socialiste. Certes, le choix de l’installation de la médiathèque dans le bâtiment construit par le bailleur social Vilogia n’est pas optimal pour réaliser un outil culturel permettant à la collectivité publique de maîtriser tous les aspects du dossier. Mais ne faisons pas la fine bouche, ce projet a déjà pris trop de retard.

En revanche, il y a lieu de s’interroger sur la nature de la concertation concernant l’aménagement du parvis entre la médiathèque et l’église Sainte-Famille. En effet, Madame la Maire sur Facebook écrit « La terrasse du premier étage offrira une vue agréable sur l’église Sainte Famille, et le parvis sera végétalisé selon les demandes exprimées par les Schilikoises et les Schilickois lors de la concertation ».

À lire ces écrits, nous pourrions croire que Madame La Maire Danielle Dambach est à l’écoute des seuls Schilikois et que les principes d’aménagement décidés résultent des seules réunions de concertation publique.

Pourtant, près de la moitié de la place appartient au conseil de fabrique de l’église Sainte-Famille. Inévitablement, des rencontres ont eu lieu entre la commune de Schiltigheim et le conseil de fabrique pour échanger sur les principes d’aménagement du parvis.

Comprenons-nous bien, que le conseil de fabrique intervienne dans l’élaboration du projet et fasse valoir ses intérêts, est dans l’ordre des choses. Cependant, il est de la responsabilité de Madame la Maire de défendre l’intérêt général de la ville de Schiltigheim et d’informer les Schilikois de l’état des négociations en cours.

Schilick l’Insoumise demande la transparence sur ce dossier, nous réclamons notamment la publication des conventions ou baux signés entre les différentes parties prenantes.

Municipales 2020

Lors de l’Assemblée communale de Schilick l’Insoumise du vendredi 27 septembre, Marie Albera Meynioglu et Guy Desportes ont été désignés chef·fe·s de file à l’unanimité des membres présents. Leur rôle sera d’animer le collectif insoumis pendant la campagne des élections municipales et de porter la stratégie politique adoptée.

Il s’agit de proposer un projet municipal répondant aux urgences environnementales, sociales et démocratiques, aux Schilickois, aux militant·e·s associatif·ves, syndicalistes et politiques, y compris de la majorité municipale (écologistes, socialistes, communistes).

Les politiques libérales nationales de mise en concurrence des territoires, de destruction des services publics et l’absence de réponses concrètes au défi écologique comme le montre le projet de budget

2020 du gouvernement, mettent à mal la cohésion sociale et le mieux vivre des habitants de Schiltigheim. Ces politiques sont défendues par Christian Ball pour le parti Les Républicains et Hélène Hollederer pour La République En Marche.

Seul un projet co-construit avec les Schilickois et les militant.es, sera en mesure de susciter une dynamique redonnant espoir aux habitants des quartiers dans le sens de l’intérêt général et de la transition écologique

C’est en proposant aux Schilickois : « Engagez-vous pour que vos propositions soient prises en considération et votées par le prochain conseil municipal », qu’ils reprendront confiance dans la chose publique et que l’abstention électorale reculera.

Dans les semaines à venir, les militants de Schilick l’Insoumise prendront des initiatives favorisant cette démarche participative pour la constitution d’une liste citoyenne aux prochaines élections municipales à Schiltigheim.

Favoriser le vélo et la marche à Schiltigheim

La ville de Schiltigheim a organisé le 19 juillet une réunion publique de restitution des résultats de l’enquête mobilité intitulée «  Demain, comment bouger à Schiltigheim ?»

Une forte participation est à souligner avec plus de 2000 réponses, ainsi, 1806 questionnaires ont été exploités pour les besoins de l’enquête. Cela témoigne des fortes attentes de la part des schilikois dans le domaine de la mobilité. En effet, se déplacer à Schiltigheim est malaisé et risqué de par la grande densité de la ville et sa configuration Est-Ouest, en l’absence d’aménagements et de mesures adéquates.

Des insatisfactions se sont exprimées lors de cette enquête, elles notent, entre autres, le manque d’attractivité des bus de par les temps de transport trop longs et les bus pleins, la dangerosité de la pratique du vélo par manque d’aménagements cyclables ou la difficultés de se déplacer avec une poussette dans les rues.

Lors de cette réunion, Madame la Maire a dénoncé avec justesse l’inégalité de traitement de la commune de Schiltigheim par l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) dans le domaine de la mobilité. C’est particulièrement flagrant pour les déplacements à vélo, notamment avec le manque de continuités cyclables sécurisées par exemple route du Général de Gaulle, route de Bischwiller ou selon l’axe Est-Ouest.

Or, l’EMS a adopté le 1er mars 2019 un Plan d’Actions pour les Mobilités Actives (PAMA) destiné à favoriser la pratique de la marche et du vélo dans un souci de santé publique, de lutte contre le réchauffement climatique et d’amélioration de la qualité de l’air. Ce plan s’inscrit dans une démarche globale articulant l’aménagement d’infrastructures de qualité (VéloStras, réseau cyclable structurant, stationnement augmenté…) et l’offre de services supplémentaires (essais gratuits de vélo à assistance électrique ou de vélo-cargos, création d’atelier vélo, ateliers sur les écomobilités dans les établissements scolaires…).

Pour ce faire, sous la forme d’une charte d’engagement, l’EMS met à la disposition des communes « des compétences et des ressources humaines importantes (animations et services) et des équipements (réseau magistral, piéton, réseau cyclables, VéloStras, stationnement…) ». En contrepartie, « les communes doivent s’engager à relayer l’action de l’Eurométropole de Strasbourg auprès de leurs populations, mobiliser des ressources complémentaires d’animation, mettre en œuvre des aménagements de pacification du trafic routier, appliquer les arrêtés de voirie adaptés, implanter des stationnements vélo, respecter les dispositions des documents-cadres (PLU, charte d’aménagement des espaces publics, etc.) ». Le besoin de financement est estimé à 12 millions d’euros par an soit 25€ par an par habitant.

Schilick l’Insoumise demande à Madame la Maire de signer une charte d’engagement avec l’EMS afin de renforcer les usages du vélo et de la marche dans la commune de Schiltigheim, en réponse aux attentes exprimées lors de l’enquête publique.

Le changement des poubelles, une vraie priorité ?

Depuis quelques semaines nous pouvons recenser l’installation par l’Eurométropole de Strasbourg de plus de 10 nouvelles poubelles au centre de Schiltigheim. Était-il vraiment nécessaire de remplacer des poubelles qui remplissaient parfaitement leur travail ? Au delà du choix esthétique plus que discutable, les nouvelles poubelles sont parfaitement anti-écologique car nécessitant l’utilisation de sac-plastiques et vont assurément de par leur conception très ouverte participer à l’augmentation de la saleté de nos rues. Nous vous laissons juge :

Nouveau modèle installé place de la Pomme d’Or ouvert avec sachet plastique laissant apparaître les déchets
Ancien modèle encore présent sur la place de la liberté sans sachet bien intégré au mobilier urbain

À 900€ le dispositif si on s’en remet aux chiffres de catalogue donnés lors du budget participatif organisé par la ville de Schiltigheim, la facture se chiffre donc à plus de 10 000€ l’opération… 

Cet argent n’aurait-il pas mieux été investi par l’Eurométropole de Strasbourg pour au choix, permettre aux personnes sans logement d’avoir un toit, protéger la population des assauts caniculaires futurs en aidant à l’amélioration de l’isolation des bâtiments et en végétalisant la ville ou bien supprimer les dispositifs publicitaires agressant nos concitoyens partout en ville ?

Communiqué de Presse – Quartier d’affaires international au Wacken, pour ou contre ?

Lors du conseil de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) du vendredi 28 juin 2019, une délibération concernant le lancement d’une concertation préalable avec le public en prévision du réaménagement des rues Louis Pasteur à Schiltigheim, Frédéric-Guillaume Raiffeisen et Jean Wenger-Valentin à Strasbourg a été votée par une large majorité des membres de cette assemblée.

Comme le précise la délibération, les premières études « recommandent ainsi leur mise à 2×2 voies afin de fluidifier la circulation actuelle et d’anticiper l’augmentation future du trafic », de par la réalisation du Quartier d’Affaires International (QAI).

Les élus écologistes de la ville de Schiltigheim se sont abstenus à cette occasion. Les raisons évoquées par les conseillers métropolitains pour justifier leur vote, sont la dénonciation d’une absence de réflexion commune, notamment la mise à l’écart de la ville de Schiltigheim de groupe de travail pour évaluer les conséquences. Ils soulignent l’impact considérable du projet QAI sur la ville de Schiltigheim en termes de pollution et de report de trafic automobile.

Ainsi, M. Patrick Maciejewski, premier adjoint à la ville de Schiltigheim en charge de l’urbanisme et conseiller de l’EMS, a mis en cause la méthode retenue en déclarant « c’est un peu le rôle de l’Eurométropole de faire sortir Strasbourg de cette conception un peu égoïste de cette zone ». Ce à quoi M. Robert Herrmann, président de l’EMS, a répliqué « Le fait de parler à une autre commune en disant que ce qu’elle produit est égoïste ne paraît pas être de nature à faciliter les liens » il a invité à éviter « d’utiliser des propos agressifs ».

Effectivement, la problématique n’est pas d’opposer une commune à une autre mais bien de s’interroger sur l’utilité du projet QAI au regard des enjeux économiques, sociaux et environnementaux de l’agglomération strasbourgeoise. Schilick l’Insoumise considère que ce projet est néfaste pour l’EMS et ses habitants, il s’inscrit dans
une logique de métropolisation qui crée un mal vivre grandissant : pollution de l’air, bruit, bétonisation, coût du foncier et des services, insécurité, ségrégations, embouteillage, congestions diverses et standardisation architecturale et urbanistique.

Un exemple lié à ce projet QAI est la modification des règles du Plan Local d’Urbanisme (PLU) concernant le site Air Product avenue Mendes-France. Ainsi, la volonté de la ville de Schiltigheim
d’autoriser un programme de construction de 10 00 0m2 à dominante d’habitat avec une possibilité d’une tour de 30 m de haut sur un site dont le sol est pollué et l’air de mauvaise qualité est
inexplicable. Pour comprendre ce choix, la lecture de la note de présentation du PLU est instructive. Ainsi, est mentionné comme principal atout de ce secteur « son positionnement à proximité du futur quartier d’affaires international du Wacken. ».

Au regard de ce point, la question est posée, la municipalité de Schiltigheim est-elle pour ou contre le projet QAI ? Est-elle pour ou contre la métropolisation de l’agglomération strasbourgeoise ? Pour sa part, Schilick l’Insoumise s’oppose à tout projet économique et urbanistique qui subordonne les territoires et les populations à des rationalités financières, il se prononce pour un développement économique et urbain conforme aux besoins humains, en relocalisant et socialisant les activités.

Communiqué de Presse – Résultat des élections européennes à Schiltigheim

Nous remercions les Schilikoises et Schilikois qui se sont prononcés pour le programme de l’Avenir en commun porté par la France Insoumise aux élections européennes.

Notre score n’est pas à la hauteur de nos espérances. Néanmoins, il est en progression dans un nombre considérable de bureaux de vote. Ainsi, 592 voix ont été exprimées par rapport aux 479 voix des élections municipales partielles de 2018.

Cette hausse confirme notre ancrage et fait de la France insoumise une force incontournable à Schiltigheim. Elle souligne également qu’il faut poursuivre notre engagement auprès des citoyens schilikois.

Schilick l’Insoumise appelle à la création d’une fédération populaire afin de constituer une réelle alternative et mener une politique sociale et écologique ambitieuse à la hauteur des attentes des Schilikois.

Nous y sommes prêts afin que viennent les jours heureux à Schiltigheim !

Un devoir de solidarité: le relogemenT

Schilick l’Insoumise salue l’association Strasbourg Action Solidarité qui a lancé l’alerte et le réseau de solidarité de citoyens qui s’est créé pour venir en aide à la famille kosovare qui dormait sous une tente depuis 2 mois et dont les enfants sont scolarisés à Schiltigheim. Nous approuvons également la décision de Madame la Maire de prendre en charge les frais de cantine des enfants. Ces actions font honneur à la devise : «Liberté, Égalité, Fraternité» affichée sur le fronton de nos mairies

Cependant, un hébergement de 10 jours n’est pas suffisant, d’autant plus que la famille a déjà bénéficié d’un hébergement à Schiltigheim en 2017. Le nombre de logements vides à Strasbourg et à Schiltigheim est très important. À Schiltigheim, il représentait, en 2015, 8,1% des logements totaux qui sont au nombre de 15979 logements (source INSEE)!

Un relogement rapide et pérenne doit être proposé. Pour cela, il faut une volonté politique car, pour citer le discours de Victor Hugo du 9 juillet 1849 à l’Assemblée nationale, nous sommes: «de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère. […] Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli». Ainsi, il faut des actes forts de la part de la Maire pour répondre à cette urgence sociale

Schilick l’Insoumise demande à Madame la Maire de Schiltigheim de se mettre en relation avec l’autorité préfectorale pour trouver une solution de logement pérenne et conforme aux besoins de cette famille kosovare. En l’absence de réponse de la préfecture et faute de propositions concrètesde relogement, Madame la Maire doit, en vertu de l’article2212-2 du code général des collectivités territoriales, prononcer la réquisition de locaux vacants depuis de nombreuses années nécessaires au logement de cette famille sans abri dans la ville de Schiltigheim.