Archives par mot-clé : L’Avenir en commun à Schiltigheim

Communiqué du 11 avril 2018

Dans un contexte de grève civique électorale, avec 65 % d’abstention, nous remercions les 479 citoyennes et citoyens qui se sont prononcés pour le programme de transition écologique et de ville démocratique proposé par la liste « Schilick l’Insoumise ».

Dimanche prochain, les schilikois.es ont le choix entre Christian Ball qui rassemble la droite, l’extrême droite et « En Marche » dont le programme et les valeurs sont à l’opposé des nôtres, et Danielle Dambach.

Schilick l’Insoumise restera vigilante quant au développement réel de la démocratie participative, des projets écologiques et sociaux mis en avant par l’alliance des écologistes, du PS et du PCF.

Nous resterons présents pour construire avec tous les Schilikois.es l’alternative pour un Avenir en Commun à Schiltigheim.

L’Avenir en Commun à Schiltigheim

L’Avenir en commun à Schiltigheim est le programme de la liste « Schilick l’Insoumise », élaboré de concert avec les militants et les habitants dans le cadre des élections municipales anticipées d’avril 2018 à Schiltigheim.

Le programme local s’appuie également sur les propositions du programme national l’Avenir en Commun rédigé par la France Insoumise dans le cadre des Présidentielles et Législatives de 2017.

Le programme pourra être enrichi par les propositions constructives des citoyens.

Le livret du programme détaillé :

Le tract programme exposant les grandes lignes :

Lettre aux Schilikois·es

Schilikois·es,

L’alliance des socialistes et des écologistes, balayée en 2014, puis celle entre M. Kutner et M. Ball, ont conduit à de graves déconvenues. La baisse du budget des associations, le retard de la médiathèque ou l’abandon du projet de tram en sont des exemples criants. Les discours tenus aux Schilikois·es sont en contradiction avec leurs actes à l’Eurométropole de Strasbourg. Dans cette instance gouvernée par une alliance contre-nature rassemblant En Marche, une partie de la droite, le Parti socialiste et les écologistes, M. Kutner, M. Ball, Mme Jampoc-Bertrand et Mme Dambach siègent dans le même camp. Le 16 décembre 2016, M. Kutner, des élus proches de M. Ball et le PS ont voté en faveur d’un Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) prévoyant 2600 logements neufs supplémentaires à Schiltigheim ces prochaines années. Notre ville, déjà la plus urbanisée de l’agglomération, compte pourtant un millier de logements vacants. Et que penser de l’absence de vote de Mme Dambach, pourtant présente ce jour-là ? Notre liste Schilick l’Insoumise est la seule exclusivement au service des intérêts de notre ville. Nous ne nous préparons pas à obéir aux ordres de partis centralisés à Strasbourg.

NOUS ALLONS FAIRE DE SCHILTIGHEIM UN EXEMPLE À SUIVRE.

Notre ville souffre de la politique d’austérité du président Macron. Alors que l’évasion fiscale, estimée en France à 100 milliards d’euros par an, représente plus de cent fois le montant des fraudes aux prestations sociales et suffit à expliquer les 85 milliards d’euros de déficit public annuel, le gouvernement persiste à ignorer ce fléau. L’asphyxie financière des collectivités locales met en péril leur indépendance. Les services publics sont démantelés et livrés aux grands groupes qui les ont appauvris en ne payant pas leurs impôts. Quant aux petites entreprises, elles sont donc condamnées à supporter une pression fiscale considérable et injuste. Contrairement aux listes de M. Kutner et M. Ball, qui accueillent plusieurs membres ou sympathisants d’En Marche, ou à celles qui refusent de condamner cette politique, Schilick l’Insoumise constitue l’unique force d’opposition capable d’ouvrir une nouvelle voie.

NOTRE MAJORITÉ MUNICIPALE SERA SOUDÉE, CAPABLE DE TRAVAILLER AVEC VOUS EN TOUTE SÉRÉNITÉ.

Ce mandat sera très court et l’avenir de Schiltigheim est en jeu. L’application de notre programme, objet de larges consultations et d’une rédaction collective, permettra de stopper la bétonisation, de démocratiser les prises de décisions, de garantir l’égalité des droits dans tous les quartiers, de repenser nos transports, de rendre la ville plus accessible aux personnes handicapées, de laisser la nature réinvestir nos rues, de nous engager dans une réelle transition écologique, de focaliser l’action des services municipaux sur l’utilité sociale, de relocaliser l’emploi ou d’étendre l’accès à la culture. Nous voulons nous assurer que les dépenses engagées correspondent à vos besoins. Notre équipe, qui a fait le choix de l’expérience en tête de liste, est composée d’une majorité de femmes et d’hommes de moins de 35 ans décidée à faire passer l’intérêt général avant les ambitions personnelles. Notre réussite dépend de votre soutien. S’abstenir, c’est les laisser en place. Les 8 et 15 avril prochains, c’est votre large mobilisation qui permettra l’instauration de nouvelles pratiques démocratiques, solidaires et écologiques.

SCHILTIGHEIM EST L’HISTORIQUE CITÉ DES BRASSEURS, PAS UN TERRAIN DE CHASSE POUR PROMOTEURS.

« À chaque élection, la même chanson. Les mêmes promesses face à la grande détresse. Les mêmes belles paroles sur nos écoles. Les mêmes discours en l’air sur les espaces verts. À chaque suffrage, les mêmes éléments de langage, apanages de partis d’un autre âge. Les mêmes slogans lunaires, du « nouveau cap » au « renouveau solidaire ». Les mêmes incantations, confondant redynamisation et béton. La politique à Schilick n’a pourtant rien de poétique. Si cette chanson rime, c’est avec déprime. Et car il n’est jamais trop tard, le scrutin qui vient ravive l’espoir. »

Le 8 avril, votez et faites voter Schilick l’Insoumise !

Vous pouvez aussi nous suivre sur notre page facebook : @SchilickFI

Schilick l’Insoumise mobilise les quartiers

Ce week-end, les équipes de la liste Schilick l’Insoumise vont à la rencontre des habitant.e.s des quartiers pour présenter le programme « l’Avenir en Commun à Schiltigheim » et mobiliser très largement les Schilikois.es lors des élections municipales des 8 et 15 avril prochains.

Nous rappelons que le mouvement de la France Insoumise était arrivé en tête au premier tour des élections présidentielles de 2017, son candidat Jean-Luc Mélenchon réalisant un score de près de 27% des voix exprimées. La liste Schilick l’Insoumise a donc toute sa place dans le débat démocratique local.

L’Avenir en Commun à Schiltigheim

« L’Avenir en Commun à Schiltigheim », le programme de la liste Schilick l’Insoumise arrive. Il est le fruit d’un travail collaboratif effectué par les militants ainsi que d’échanges avec les acteurs associatifs et les habitants de Schiltigheim. Le programme détaillé sera disponible prochainement sur notre site. Nous vous présentons dès à présent les grandes lignes que vous pourrez retrouver dans vos boites aux lettres dans les prochains jours.

FAQ – Est-ce une élection comme une autre ?

En partie oui : nous verrons les mêmes encravatés ambitieux alterner entre promesses en l’air et dénigrement de projets plus cohérents. Sauf que cette-fois-ci, ils nous trouveront sur leur chemin ! Et pour deux raisons au moins, il ne s’agira finalement pas d’une élection tout à fait comme une autre.

La première est évidement d’ordre local. Il s’agit bien d’un scrutin exceptionnel, provoqué par l’éclatement du précédent conseil municipal élu en 2014. La liste qui l’emportera au soir du 15 avril ne disposera donc que d’un mandat très court. C’est pourquoi il faudra agir vite, aussi bien à la Mairie qu’au sein de l’Eurométropole. Le budget 2018 est certes d’ores et déjà voté, mais les marges de manœuvre resteront réelles. Quant aux budgets 2019 et 2020, ils devront faire l’objet d’une remise à plat et de grandes concertations avec la population. Il faut immédiatement engager de nouvelles orientations, qui permettront ensuite de poursuivre une politique radicalement différente lors des mandats suivants.

La deuxième raison dépasse les enjeux locaux. En attendant qu’une victoire de la France Insoumise aux élections présidentielles n’entraîne la convocation d’une assemblée constituante chargée d’abolir la monarchie présidentielle et de graver la démocratie locale dans le marbre de la VIe République, notre statut de première ville insoumise nous conférerait une responsabilité particulière. Celle de démontrer que nos idées sont non seulement parfaitement applicables, mais également salvatrices. En d’autres termes, notre historique cité des brasseurs a aujourd’hui l’occasion de devenir une pionnière, un laboratoire de nouvelles pratiques démocratiques et écologiques.

Pour toutes ces raisons, « Schilick l’Insoumise » n’entrera pas dans des querelles avec des personnes dont elle partage les convictions. Elle n’en a pas le temps, et encore moins l’envie. Elle restera donc concentrée sur ses projets et mobilisera uniquement ses forces contre ses vraies cibles : les inégalités sociales et économiques, la fragilisation des services publics, le béton, la pollution, la droite et l’extrême-droite.

FAQ – Pourquoi n’y a-t-il pas d’alliance à gauche ?

Pourquoi n’y a-t-il pas d’alliance à gauche ?

Les alliances, Schiltigheim a déjà connu ces dernières années. Celles conclues entre Raphaël Nisand (Parti Socialiste) et Danielle Dambach (Schilick Écologie), puis entre Jean-Marie Kutner (UDI) et Christian Ball (les Républicains), ont clairement démontré l’inefficacité de ces procédés. La première, sanctionnée par la population lors des élections municipales de 2014, conduisit à la prise de pouvoir de la droite. Quant à la collaboration entre Messieurs Kutner et Ball, elle a purement et simplement explosé en cours de mandat, entraînant la convocation des prochaines élections municipales. En plus de flouer les habitant·e·s, ces alliances entre vieux appareils qui persistent à concevoir l’action politique comme un jeu de négociations ont conduit à des déconvenues majeures, dont personne ne veut aujourd’hui assumer les responsabilités. Ainsi, lors des prochaines élections, certains iront jusqu’à masquer leurs logos et utiliser le terme de « rassemblement citoyen ».

Cette désorganisation municipale permanente est indigne des enjeux auxquels est confrontée notre ville. Trop de temps a été perdu inutilement, l‘exemple de la médiathèque est à cet égard édifiant. Trop d’heures ne sont pas passées à écouter les habitant·e·s de la ville, à réfléchir à des projets concrets et aux moyens de les mettre en œuvre. Ces antiques pratiques d’appareils sclérosés sont justement ce qui empêche les habitant.e.s d’accéder à un vrai pouvoir de décision. Une majorité municipale doit être un bloc soudé, capable de travailler avec la population en toute sérénité, sans avoir à se préoccuper d’éventuelles trahisons politiques, le plus souvent à des fins d’ambitions personnelles. Plutôt que de participer à des querelles entre élu·e·s qui souhaitent avant tout conserver leurs sièges, Schilick l’Insoumise restera donc, au cours des prochaines semaines, focalisée sur la publication du programme « L’Avenir en commun à Schiltigheim ».

Notre mouvement incarne enfin le rassemblement tant attendu autour de valeurs qui sont chères aux Schilikois·es, et nous serons heureux d’accueillir toutes les personnes qui voudraient échanger leurs idées avec nous. Nous ne croyons pas au désintérêt des habitant·e·s de cette ville pour la politique, le mécontentement général le prouve. C’est donc contre la résignation, principal facteur d’abstention, que nous devons lutter. C’est la raison pour laquelle nous proposons aux Schilikois·es une nouvelle façon de faire de la politique dans cette ville, en les impliquant bien davantage dans les prises de décisions de la municipalité. Si la configuration de ces élections n’est certes pas parfaite, les enjeux sont immenses et nos équipes, plus insoumises que jamais, sont prêtes.