Archives par mot-clé : Schiltigheim

Communiqué de presse – Quartier Fischer et la qualité de l’air ?

Une lecture rapide du journal municipal SCHILICK INFOS des mois d’octobre et de novembre pourrait persuader que le projet QUARTIER FISCHER a été grandement amélioré de par l’action conjointe de Madame la Maire Danielle DAMBACH, l’aménageur et l’association Col’Schick, association dont il convient de saluer le combat qu’elle a mené courageusement contre le promoteur.

Ainsi, on peut lire que « le nouveau QUARTIER FISCHER constitue désormais un programme d’entrée de ville plus respectueux de l’environnement ». Un certain nombre d’autres avancées sont énumérées.

Cependant, concernant la qualité de l’air, aucun commentaire n’est apporté, rien. Pourtant, selon l’organisation mondiale de la santé, la pollution atmosphérique est le plus important risque environnemental pour la santé dans le monde. Ainsi, près de 48 000 personnes sont décédées prématurément en France en 2012 de par la pollution de l’air (source: Santé Publique France) et environ 5000 personnes dans le Grand Est.

Un tel silence est pour le moins irresponsable. En effet, le projet QUARTIER FISCHER est localisé dans une zone de vigilance dite « zone de proximité des voies rapides urbaines ». Comme le prévoit le plan de protection de l’atmosphère de l’agglomération de Strasbourg (arrêté préfectoral du 4 juin 2014), « des prescriptions et éventuelles restrictions de localisation d’équipements recevant des personnes sensibles (enfants, personnes âgées, personnes hospitalisées) soient prises dans les zones affectées par des dépassements de valeurs limites ».

Ce futur quartier est encerclé par l’autoroute A4, la route de Bischwiller et le futur axe Est-Ouest. Dans cet espace, sont prévus selon les demandes de permis, 610 logements, une école maternelle, une école élémentaire, des commerces et une résidence intergénérationnelle. Avec une telle densité, ce projet est contraire à un urbanisme de qualité, capable de créer de la convivialité, facilitant les mobilités des habitants et l’accès aisé aux services.

Concernant la pollution atmosphérique, toutes les mesures doivent être prises pour réduire au maximum l’impact sur la santé des futurs habitants du QUARTIER FISCHER. Les études épidémiologiques concluent en effet que « les effets sur la santé sont davantage liés à la pollution de tous les jours qu’aux pics observés quelques jours par an » et « peuvent survenir à des teneurs en polluants inférieures aux normes de qualité de l’air ».

Pourtant, des doutes subsistent en la matière pour le projet QUARTIER FISCHER. Ainsi, lors de la conférence organisée par l’Eurométropole le 13 octobre 2018, ayant pour thème « Air et Planification: l’Eurométropole projette son air(e) », le représentant de l’Agence Régionale de Santé déclare qu’il a été demandé un complément d’information concernant l’instruction du permis de construire de l’école, les études n’étant pas jointes initialement.

Un certain flou entoure la question de la qualité de l’air, la municipalité doit sortir du silence dans lequel elle se cantonne, la santé des futurs habitants du quartier FISCHER est en jeu.

Schilick l’Insoumise demande à Madame la Maire d’une part de publier l’ensemble des études effectuées concernant la qualité de l’air : par exemple des modélisations 3D simulant la dispersion des polluants, d’autre part de décider la mise en place de protections créant un effet écran afin de réduire l’exposition à la pollution de TOUS LES HABITANTS sans distinction sociale des types d’habitat.

Communiqé de Presse
Liaison Parc de l’Aar et « l’archipel » du Wacken

Le collectif « Touche pas à mon parc de l’Aar » appelle à la vigilance concernant l’avenir du parc de L’Aar. En effet, avec la réalisation du nouveau quartier du Wacken appelé « L’archipel », des menaces se profilent de nouveau avec la création d’une voie de circulation qui traverserait un des derniers poumons verts de la ville de Schiltigheim.

Schilick l’insoumise demande à Madame la Maire de Schiltigheim de s’opposer sans ambiguïté contre ce projet de voirie traversant le parc de l’Aar. Pendant la campagne électorale, Danielle DAMBACH s’était engagée à défendre les intérêts des schilikois.es à l’Eurométropole de Strasbourg, elle doit tenir ses promesses.

La réalisation du quartier d’affaires international initiée par l’Eurométropole de Strasbourg avec 210 000 m² dont 15 à 20 % réservés à des programmes de logements, va provoquer une augmentation significative de la circulation automobile. Ce projet tourne le dos à un urbanisme répondant aux impératifs de densité raisonnée et maîtrisée, de qualité du bâti, d’ambiances urbaines conviviales, de mobilités fluides, d’accès aisés aux services et de traitement des espaces extérieurs.

Pour désenclaver ce nouveau quartier, il est question de réaliser une voie de desserte traversant le parc de l’Aar et un axe routier Est-Ouest reliant le quartier d’affaire à la route du Général de Gaulle, traversant de part en part la commune de Schiltigheim, notamment des zones densément bâties et vertes.

Madame la Maire siège à l’Eurométropole de Strasbourg. Elle doit y faire entendre sa voix contre ces projets contraires à l’intérêt général et néfastes pour la qualité de vie des schilikois.es Elle doit prendre clairement et publiquement position contre la desserte routière et l’axe Est-Ouest. Madame la Maire a les moyens de s’opposer à ces projets, elle doit prendre les mesures nécessaires.

Médiathèque Nord – Mme DAMBACH se fait mousser

Dans le dernier SCHILICK INFOS, le magazine d’informations municipales de la Ville De Schiltigheim, la Maire Danielle DAMBACH avance :

« J’ai obtenu la garantie que l’achat des locaux de la médiathèque dans le premier immeuble construit par le bailleur social Vilogia soit inscrit au budget primitif 2018 de l’EMS (Eurométropole de Strasbourg.eu) ».

Extrait de la page 10 du Schilick Infos de mai 2018 http://ville-schiltigheim.fr/schilick-infos/schilick-infos-du-mois-de-mai-2018

 

Pour le moins, il s’agit d’une fanfaronnade de la part de Madame la Maire. En effet, le budget primitif de l’Eurométropole de Strasbourg a été adopté le 22 décembre 2017 avec l’inscription de 2 300 000 € pour la construction de la médiathèque Nord.

Extrait de la page 24 du budget primitf 2018 adopté le 22 décembre 2017 : https://www.strasbourg.eu/documents/976405/1086045/0/6791abe5-3c8c-d45c-1fd3-af58320c6191

 

De plus, l’acte d’achat des locaux est daté du 3 avril 2018 avec l’engagement de l’Eurométropole de régler 842 400 € à la signature de l’acte, donc avant les deux tours des élections municipales.

Madame la Maire serait bien inspirée de moins verser dans la communication à des fins personnelles et de davantage défendre les intérêts de Schiltigheim à l’Eurométropole, comme elle s’y était engagée lors de la campagne des municipales.

Sources :

La Marée Populaire
26 mai, 14h / Place KLÉBER

Samedi 26 mai, la manifestation Strasbourgeoise de la Marée Populaire partira de la Place KLÉBER à 14h. La France Insoumise appelle chaque citoyen·ne·s à se saisir de l’occasion pour manifester son opposition à la politique « Tous pour les riches » appliquée par le président Macron. Plus d’une soixantaine d’associations engagées, partis politiques et syndicats d’étudiants et salariés appellent également à la mobilisation.

Samedi il est temps de mettre un point d’arrêt à la désorganisation organisée de notre société ! Venez nombreux et le gouvernement sera obligé de reculer !

L’appel Unitaire

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations… Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours ? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu.

Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.

Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen. Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.

Les signataires

  • AC!
  • Act Up-Paris
  • Alternatiba
  • Alternative et autogestion
  • Alternative Libertaire
  • ANV-COP21
  • APEIS
  • Association de lutte contre le chômage
  • Association Nationales des élu.e.s communistes et républicains
  • Association républicaine des anciens combattants (ARAC)
  • ATTAC
  • Climat social
  • Collectif des Associations Citoyennes
  • Collectif National pour les Droits des Femmes
  • Collectif La Fête à Macron
  • Confédération Générale du Travail
  • Confédération Nationale du Logement
  • Confédération paysanne
  • Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité
  • Convergence nationale de défense des services publics
  • DIDF
  • DIEM25
  • Droit au Logement
  • Ecologie sociale
  • Europe Ecologie Les Verts
  • Ensemble !
  • Femmes Egalité
  • Fondation Copernic
  • France Insoumise
  • Fuaf
  • Gauche Démocratique et Sociale
  • Génération.s
  • Jeunes Écologistes
  • La santé n’est pas une marchandise
  • Les Amis de la Terre
  • Les Effronté.es
  • MJCF
  • Mouvement de la Paix
  • Mouvement Ecolo
  • Mouvement National des Chômeurs et Précaires
  • Nouvelle Donne
  • Nouveau Parti Anticapitaliste
  • Osez le Féminisme
  • Parti Communiste Français
  • Parti de Gauche
  • Parti Ouvrier Indépendant Démocratique
  • PCOF
  • PCRF
  • PRCF
  • République et Socialisme
  • RESF
  • Résistance Sociale
  • SNESUP-fsu
  • SNETAP-fsu
  • SNPJJ-fsu
  • SNUITAM-fsu
  • Solidaires
  • SUD PTT
  • Syndicat des Avocats de France
  • Syndicat de la Magistrature
  • UEC
  • UNEF
  • Union Nationale Lycéenne
  • UJFP

mareepopulaire.fr

Réunion Publique
Évasion Fiscale et
Contres Réformes Macron
Impact sur les Communes

Jeudi 5 avril prochain à 18h salle Kléber, venez rencontrer les têtes de liste de « Schilick l’Insoumise » Marc BAADER et Marie Albera MEYNIOGLU lors d’une grande réunion publique qui aura pour fil conducteur l’évasion fiscale et les contres réformes du gouvernement Macron ainsi que leurs impacts sur les communes, notamment celle de Schiltigheim. Liêm Hoang NGOC, orateur national de la France Insoumise, ancien député européen (2008-2014), conseiller régional d’Occitanie, économiste et professeur à la Sorbonne apportera ses éclairages sur la situation.

salle Kléber

L’Avenir en Commun à Schiltigheim

« L’Avenir en Commun à Schiltigheim », le programme de la liste Schilick l’Insoumise arrive. Il est le fruit d’un travail collaboratif effectué par les militants ainsi que d’échanges avec les acteurs associatifs et les habitants de Schiltigheim. Le programme détaillé sera disponible prochainement sur notre site. Nous vous présentons dès à présent les grandes lignes que vous pourrez retrouver dans vos boites aux lettres dans les prochains jours.

FAQ – Que défendrez-vous à l’Eurométropole ?

Rappelons que l’Eurométropole, qui assume des compétences importantes avec des conséquences directes sur la vie des habitant·e·s, est dirigée par une alliance pour le moins originale, composée d’une partie de la droite, d’En Marche, du PS et des écologistes. Le 16 décembre 2016, ces élus y adoptaient, ensemble, le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI). Concernant Schiltigheim, ce projet peut être qualifié de « plan de bétonisation ». Bien que notre ville arrive à saturation avec une part d’espace à usage urbain s’élevant déjà à 75%, faisant d’elle la championne de l’Eurométrople dans ce peu glorieux palmarès de l’empilement immobilier, ce PLUI y prévoit la construction de 2000 à 2600 logements supplémentaires au cours des prochaines années. Les votes des élus communautaires de Schiltigheim en faveur de ce projet insensé, qu’il s’agisse de Jean-Marie Kutner (UDI) et de ses soutiens, des élus proches de Christian Ball (les Républicains) ou de Raphaël Nisand (Parti socialiste), sont en totale contradiction avec les discours tenus aux Schilikois·es. Et que penser de l’absence de vote de Danielle Dambach (Schilick Écologie), pourtant présente lors de cette séance du conseil de l’Eurométropole ? Il y a là une duplicité tout à fait troublante.

Bien entendu, nous ne pouvons pas partager cet objectif pour notre ville, qui n’est déjà plus en mesure de scolariser la totalité de ses enfants dans nos écoles maternelles. Sa réalisation nuirait gravement au cadre de vie des Schilikois·es. Nous affirmons sans détour que, comme à la mairie, nous refuserons d’intégrer de telles alliances au sein de l’Eurométropole strasbourgeoise. Nous agirons en toute transparence et lutterons avant tout dans l’intérêt de notre ville. Nous y défendrons notamment la qualité de vie des Schilikois·es, l’arrêt de la bétonisation, la relance du projet de tramway, la création d’emplois responsables et non-délocalisables, la finalisation de la médiathèque ou encore la création urgente de plusieurs grands poumons verts. La ville de Schiltigheim ne doit plus être sacrifiée sur l’autel des ambitions politiques personnelles lors des décisions de l’Eurométropole, comme cela a par exemple été le cas pour la ligne de tram de la route du Général de Gaulle. Elle ne doit pas en être le parent pauvre. Elle est la deuxième ville de l’Eurométropole et la cinquième d’Alsace. Elle ne deviendra pas une cité dortoir de Strasbourg. Schiltigheim est l’historique cité des brasseurs, pas un terrain de chasse pour promoteurs.

Communiqué du 19 Février 2018

Minoritaire et désavoué par la majorité du conseil municipal M. Kutner veut faire passer son budget en force pour imposer sa vision de notre ville. Par cette manœuvre, il cherche ainsi à museler la future équipe municipale. M. Kutner décide donc de prendre la démocratie et les schilikois en otage.

Pour notre part la démocratie ne doit pas s’exprimer tous les 6 ans ! Les citoyens doivent pouvoir participer plus activement à la vie démocratique et destituer les élus qui ne répondent pas aux attentes ou ne respectent pas leurs promesses et engagements. C’est dans ce sens que vont les propositions de la France Insoumise contenues dans notre programme : « L’Avenir en Commun ».

Une pratique politique plus démocratique est nécessaire et possible ! Finissons-en avec ces élus autoritaires qui s’érigent en experts et font fi de l’intérêt commun à l’ensemble des habitants de notre ville. Construisons ensemble une ville écologique, solidaire, et citoyenne où l’intérêt de l’humain reste le moteur de nos actions.

Devant le déni de démocratie de M. Kutner et ses acolytes les insoumis de Schiltigheim appellent tous les schilikois à participer aux rassemblements devant la mairie.

Mercredi 21/02 et Vendredi 23/02 à 18h30.

Communiqué du 02 Février 2018

La démission de plusieurs élus du conseil municipal de Schiltigheim vient conclure plusieurs semaines de divisions au sein de la majorité politique conduite par le maire Jean-Marie KUTNER, regroupant LR, UDI et les macronistes de LREM. Un triste spectacle a été donné à voir aux habitants de notre ville. Manipulations en tout genre, retournements de veste et accusations réciproques “egos surdimensionnés” ou “autoritarisme” se sont accumulés. Le point d’orgue a été les manœuvres orchestrées par les ennemis d’hier Raphael NISAND et Jean-Marie KUTNER pour recréer une nouvelle majorité faite de bric et de broc.

Les raisons de l’éclatement de la majorité municipale ne reposent pas sur des divergences politiques crédibles, il s’agit avant tout de question de personnes et d’ambitions. Nous n’avons jamais entendu l’un ou l’autre de ces élus dénoncer clairement la baisse des APL, la suppression des emplois aidés, la baisse des retraites avec l’augmentation de la CSG ou les ordonnances MACRON s’attaquant au code du travail.

La France Insoumise prendra ses responsabilités lors des prochaines élections municipales pour faire valoir l’intérêt supérieur de notre ville, en garantissant l’égalité des droits de tous les Schilikois, en repensant l’utilité sociale de l’action des services municipaux, en œuvrant pour un environnement urbain et écologique conforme aux besoins humains.

Notre seule ambition est de répondre à l’attente de la majorité des Schilickois qui souhaitent vivre dans une ville où le sens commun l’emporte sur l’intérêt particulier, ainsi, en cas de victoire, nous remettrons à plat les programmes de construction engagés par le Maire qui sont contraires à la santé publique et mettent à mal le lien social entre les habitants de nos quartiers.

Avec prés de 27 % des voix exprimées lors du premier tour de l’élection présidentielle, la France Insoumise est devenue la première force politique à Schiltigheim. Intègre, elle ne s’est compromise dans aucune manœuvre ou tambouille politicienne. Force de propositions, la France Insoumise est un mouvement citoyen, humaniste, ouvert, elle est attachée à la souveraineté populaire, à la justice sociale, à la laïcité et à l’écologie.

Lors des prochaines élections municipales, nous appelons les Schilickois à se rassembler au sein de notre mouvement pour construire une ville plus écologique, solidaire et citoyenne.